Neuilly le Réal- Bienvenue sur le site de la mairie de Neuilly le Réal

Le blason de notre site
Accueil

Actualités

Mairie

Services Publics

Services Sociaux

Enfance Jeunesse

Associations

Commerces Artisanat

Bibliothèque

Médical Paramédical

Agriculture

Histoire

Patrimoine

Loisirs

Terrains à Vendre

Agenda

Rétrospective 2012-2013-2014

Rétrospectives
2015-2016

Moulins Communauté

Agriculture

L'AGRICULTURE
Évolutionéconomique depuis un siècle

Notre commune, géologiquement rattachée dans sa totalité à la région naturelle appelée "Sologne Bourbonnaise", est caractérisée par des sables et argiles de qualité très hétérogène, reposant sur un sous sol imperméable. On peut dire que l'agriculture n'y a vraiment démarré qu'au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, les périodes précédentes n'ayant été caractérisées que par une "économie de cueillette".

Sous l'impulsion de quelques pionniers, de nombreux défrichements furent entrepris, le drainage, l'emploi de la chaux, de nouvelles méthodes de culture et d'élevage apparurent. On peut affirmer que l'on a assisté, à ce moment là, à un véritable "boum" économique de toute la région, auquel Neuilly a participé.


Elevage



Champ de colza

La courbe démographique de l'époque résume mieux que tout cette évolution :

- 1851 : 1203 habitants

- 1872 : 1752 habitants

- 1886 : 2177 habitants,

soit un gain de 971 habitants en 35 ans.


Neuilly devint alors un gros bourg rural dont l'activité tournait autour de son agriculture.

Une quarantaine de "domaines", d'une superficie moyenne de 70 ha, étaient constituées tous tournés vers une production de polyculture-élevage à base de blé, céréales secondaires, bovins charolais, porcs, quelques moutons et une nombreuse basse cour.

Le mode d'exploitation dominant était le métayage, d'où une main d'oeuvre familiale et salariée nombreuse et l'on vivait pratiquement en autarcie.
A ces fermes importantes s'ajoutent une centaine de "locateries", petites propriétés exploitées en famille, d'une superficie généralement inférieure à 10 Ha et situées en étoile autour du village (route de Bessay,  rue du bois de Bord, turaud Minet, Les Tanneurs, Les Maréchaux...).

Leur cheptel de base se composait de "2 vaches et un bourri". Le mari va travailler à l'extérieur comme bûcheron en hiver et aux grands travaux des champs à la belle saison, le reste de la famille assurant la mise en valeur de l'exploitation.

A cette période faste succède la guerre de 14-18 et l'hémorragie qui a véritablement saigné notre commune, (82 noms figurent sur notre monument aux morts). Puis une période incertaine suivie du conflit 39-45 qui a vu encore 12 tués et une cinquantaine de Neuillyssois retenus de nombreuses années derrière les barbelés des "stalags".

Avec les années 50-60 un mouvement tournant s'amorce, de nombreuses familles quittent la terre, les jeunes se tournent vers l'industrie, l'administration, les services... la main d'oeuvre se raréfie.

Ceux qui choisissent de rester se remettent en question, les techniques  évoluent très rapidement, de nombreux migrants arrivent, les productions se diversifient, la mécanisation se développe à grands pas, avec pour conséquence, un endettement pratiquement inconnu auparavant.